Menu
Modèles
Menu
Porsche Chasseur de l'instant présent. Totalement détendu sous tension.

Chasseur de l'instant présent. Totalement détendu sous tension.

Périple à travers l'Andalousie dans le nouveau Taycan.
Lifestyle
Temps de lecture: 8 min
1/7/2020

Je respire profondément l'air marin. Le vent s'est levé, la plage se remplit du bruit des vagues. J'ouvre les yeux et je regarde les nuages qui contraste avec le ciel au-dessus de l'horizon. Ils diffusent la lumière du soleil du soir, qui illumine toute la plage d'une lumière orange singulière. Malgré le vent frais je n'ai pas froid, les derniers rayons de la journée me réchauffent.

Départ de la côte méridionale

La veille, je suis parti d'une petite ville côtière du sud de l'Espagne. J'ai pris mon appareil photo avec moi, je me suis assis dans le Taycan et j'ai cherché une destination qui puisse être un sujet intéressant même par mauvais temps. Ma prochaine étape : Málaga. Pas trop loin et idéalement située au bout d'un joli itinéraire le long de la côte méditerranéenne.

C'est cette spontanéité que j'aime en tant que photographe. Bien sûr, je vis de la photographie. Mais ce que je garde d'un tel périple signifie bien plus pour moi que des photos. Les rencontres avec les gens en ville, à la campagne ou sur les marchés m'inspirent et enrichissent ma vie. Mon appareil photo aiguise mes sens et les guide.

Cela me mène jusqu'au marché de Málaga, le Mercado Central de Atarazanas. À travers le portail d'entrée, et ses gigantesques vitres représentant divers monuments de Málaga, se fait entendre le brouhaha. Entre tous les stands et étals de fruits, de poisson, de viande, de café, de fromages, de légumes et d'épices règne l'agitation de la foule qui évoque déjà les marchés arabes de l'autre côté de la Méditerranée.

Je ne reste que peu de temps à cet endroit. Je veux me rendre à Ronda aujourd'hui.

Une destination sur ma liste des endroits qu'il faut visiter

Je dois dire que, quand je voyage, j'aime bien sortir de ma zone de confort, la difficulté ou l'incommodité que cela entraîne. C'est pourquoi, depuis les vacances de mon enfance, passées avec mes parents en Scandinavie avec la voiture, de cabane en cabane, je suis plus attiré par le nord que par le sud. Une nuit dans une simple cabane sans électricité et sans eau courante dans les montagnes enneigées de Norvège signifie plus pour moi que le confort d'un hôtel : dans un tel moment, c'est cet inconfort qui après coup fait bien souvent le charme du voyage. Devoir quitter sa zone de confort pour un beau cliché.

Mais je ne choisis pas seulement mes destinations pour la simplicité qu'elles m'apportent. Non, l'objectif de mes voyages est d'être capté par l'instant, plutôt que de capturer l'instant avec mon appareil photo.

Ronda est sur ma liste de seaux depuis longtemps : Je suis fasciné par les images de la ville, dont la pointe sud est coupée du reste de la ville par une gigantesque gorge et ne lui est reliée que par deux ponts historiques.

J'y suis presque aujourd'hui.

De Málaga, où j'ai déjà quitté le marché couvert, ma route se poursuit sur les lacets menant au Torcal, à travers un épais brouillard. J'y fais une halte : le saisissant paysage karstique offre un environnement captivant pour des photos. Il est né du plissement du relief : les falaises abruptes qui s'élèvent aujourd'hui formaient le fond marin il y a environ 7 millions d'années. Ces formations rocheuses sont donc pleines de coquillages. En poursuivant ma route en direction de Ronda, je passe par El Burgo, où la météo s'améliore, m'offrant un magnifique coucher de soleil. J'arrive de nuit à Ronda. Je m'y balade encore quelques instants dans la lumière orangée des réverbères, à travers les ruelles étroites et tortueuses de la vieille ville.

Direction Zahara de la Sierra

La nuit est étoilée, rien de chaleureux. Mais quand on veut photographier une ambiance particulière, il faut en accepter les conséquences. OK, je fais avec. À l'heure bleue, je me trouve donc sur le célèbre pont de Ronda en attendant le lever du soleil. À travers la gorge qui lacère la région telle une fissure déchiquetée, et sépare la vieille ville de la nouvelle, on a l'impression d'être à la fois dans la civilisation et dans la nature sauvage. On pourrait se croire dans le Grand Canyon, mais à quelques centaines de mètres de là, les cafés bruissent déjà de vie. Je finis par me replier dans l'un d'eux afin de me réchauffer avec un petit-déjeuner. Je choisis comme étape suivante le Castillo de Zahara de la Sierra : château construit sur les hauteurs avec vue sur un lac, c'est la promesse d'un splendide sujet par le temps clair qu'offre la journée.

Dans la matinée, je laisse Ronda derrière moi et bientôt j'emprunte des routes étroites, et surtout escarpées, menant à la plate-forme d'observation qui surplombe le lac. Le Taycan s'avère une fois de plus être un parfait compagnon de route. Sur l'eau turquoise au fond de la vallée, les épais cumulus blancs, qui bourgeonnent tels des choux-fleurs au-dessus de la montagne, projettent leurs ombres. Je descends du Taycan et laisse la vue à couper le souffle s'emparer de moi.

Je poursuis en direction de la côte atlantique en traversant la magnifique Sierra de Grazalema. Sur la route, le Taycan attire toujours les regards : dans un rond-point à deux voies, deux conducteurs manquent de rouler sur la bordure. Heureusement, ils ont su se reprendre.

Côte atlantique

La plage, encore baignée de cette couleur orange singulière, luit d'une couleur pourpre intense, à une bonne heure de voiture au nord de Gibraltar. Le soleil a pratiquement disparu. La plage, tout le décor, se noie véritablement dans une lumière surréelle. À nouveau, je respire profondément l'air marin et, inévitablement, je repense au passé, à Cuxhaven, où j'ai grandi. Avec mes amis, nous allions souvent à la plage le soir pour y regarder le soleil couchant. Nous écoutions le crépitement de l'estran lors du flux et du reflux des vagues. Et nous ne rentrions à la maison que longtemps après que le soleil avait disparu derrière l'horizon, laissant le bruit sourd des vagues derrière nous.

C'est probablement cette autonomie, que je ressens à nouveau maintenant et à cet endroit précis, qui rend ce moment si précieux.

L'objectif de mes voyages est d'être capté par l'instant, plutôt que de capturer l'instant avec mon appareil photo.

Le deuxième jour de mon périple touche à sa fin. La portière du Taycan se referme.

Dans la capitale andalouse

Il fait encore frais. Je suis assis dehors pour le petit-déjeuner, à la terrasse de l'hôtel. Le soleil s'est levé il y a quelques minutes, ses rayons me réchauffent.

Un moment comme celui que j'ai vécu la veille à la plage résonne encore longtemps après.

Considéré froidement, des photons traversent l'objectif et frappent le capteur de mon appareil photo. Le capteur enregistre ce que j'ai vu à cet instant-là : une lumière pourpre, des nuages au-dessus des vagues, une plage. Dans le meilleur des cas, cela fait une bonne photo pour mon compte Instagram, avec laquelle je peux toucher des gens. Mais la manière dont ces photons s'impriment en moi dans un tel moment, pour des années, parfois des décennies, voire toute la vie, aucun appareil photo ne peut l'enregistrer.

Pour terminer mon périple, je dois me rendre aujourd'hui à Séville. La mer, la montagne, la forêt, des paysages désolés, des petites localités animées, telles que Ronda, et la capitale andalouse : mes trois jours dans le sud de l'Espagne auraient difficilement pu être plus variés. J'ai découvert des douzaines de nouveaux points de vue pour moi, pour les autres, et j'ai enregistré les photons dans des clichés. Mais ce que je garde d'un tel périple signifie bien plus pour moi que des photos.

Consommation/Émissions

Taycan 4S (WLTP)*
26,2 – 21,1
kWh/100 km
0,0
g/km