HOME

Navigation principale
Modèles
911
Panamera

Archive 2010

Il y a 40 ans, Porsche remportait sa première victoire au MansAnniversaire historique pour le sport automobile de Porsche

[+]
La Porsche GT1 (Vainqueur des 24 Heures du Mans en 1998)
[+]
Porsche 936 Martini (Vainqueur de l'édition 1977)

Stuttgart. Le 14 juin 1970, Porsche remporte pour la première fois les 24 Heures du Mans, la course d’endurance la plus réputée au monde. Une victoire finale qui sera suivie de 15 autres. Après exactement 4 607,811 km, ou 343 tours, Hans Herrmann et Richard Attwood, avec le numéro 23, sont les premiers à franchir la ligne d’arrivée, à bord de la légendaire Porsche 917 KH sortie des ateliers de Porsche à Salzbourg. L’arrivée de Gérard Larrousse et Willy Kauhsen à la deuxième place dans la Martini Porsche 917 LH et celle de Rudi Lins et Helmut Marko à la troisième place, à bord de la Porsche 908/02, parachèvent le sacre de la marque cette année-là.

Le chemin vers cette victoire a pourtant été difficile et semé d’embûches pour Porsche. Dès 1951, le constructeur de voitures de sport de Zuffenhausen envoie dans la Sarthe ses véhicules réputés depuis toujours pour leur construction légère, leur aérodynamisme et leur fiabilité, remportant de nombreuses victoires de catégorie. En 1969, à l’issue du finish le plus serré de l’histoire des 24 Heures du Mans, le tandem Herrmann/Larrousse, au volant de la Porsche 908, concède la victoire à la Ford GT 40 de Jacky Ickx avec seulement 75 mètres d’écart, soit une seconde d’intervalle.

En cette année 1970, qui entrera dans l’histoire de la marque, tous les feux sont au vert pour Porsche ; Stuttgart s’apprête enfin à décrocher la victoire tant attendue au classement général du Mans. Entrée un an auparavant dans la compétition, la Porsche 917 est de taille à relever ce défi. Dès le 21 avril 1969, les 25 Porsche 917 sont inspectées à Zuffenhausen par la commission d’homologation.

En tenant compte uniquement du coût de leurs matériaux, elles représentent à elles seules une valeur totale de plus de 5 millions de marks. Conçue par Ferdinand Piëch, la Porsche 917 avait été présentée au salon de l’automobile de Genève, où elle avait déjà suscité quelques sueurs froides parmi les concurrents. Car cette Porsche dernier cri, qui entrera dans la légende comme l’une des voitures de course les plus rapides et les plus titrées de l’histoire, dépasse à peine le poids minimal requis, qui était de seulement 800 kg. Avec une cylindrée de 4,5 litres, son moteur douze cylindres développe une puissance maximale de 580 chevaux à 8 400 tr/min. Sur la ligne droite des Hunaudières, portion mythique du circuit du Mans d’une longueur exacte de 5 823 mètres, cette puissance lui permet d’atteindre la barre des 400 km/h.

L’expérience accumulée au fil des ans est mise à profit dès la phase préparatoire de la course de 1970. Attaquer cette course d’endurance mythique « bille en tête » dès les premières heures de la compétition n’a jamais mené à la victoire : la première décision de Porsche a donc été de choisir le pilote expérimenté Hans Herrmann. Originaire de Sindelfingen, cet habitué des circuits était réputé pour sa rapidité et son souci de ménager le matériel. Aux côtés de l’Anglais Richard Attwood, il prend le départ de la course avec le numéro 23, au volant de la 4,5 litres à queue courte (Kurzheck), peinte aux couleurs rouge et blanche de Porsche Salzbourg. Avec son moteur 4,9 litres et sa queue longue (Langheck), la deuxième voiture du team est pilotée par Vic Elford et Kurt Ahrens. A cela s’ajoutent les trois Porsche 917 de John Wyer et la 4,5 litres à queue courte et aux couleurs pop du team Martini. Sans oublier une véritable armada de 907, 908, 910, 911 S et 914/6. Pas moins de 24 Porsche au total sont alignées au départ de la course du Mans en ce 13 juin 1970, à 16 heures précises. Un jour plus tard, 12 d’entre elles franchissent la ligne d’arrivée, dont 5 sont retenues au classement. Elles seront rejointes par deux Ferrari 512 S, sur les 51 voitures au total qui avaient pris le départ de la course.

Si cette course est entrée dans la légende, et pas seulement pour Porsche, c’est notamment en raison des conditions météorologiques extrêmes qui se sont abattues sur le circuit cette année-là. Vic Elford racontera que même dans les grandes lignes droites, il était parfois impossible de doubler. Kurt Ahrens avait l’impression d’être dans un bateau.
Et Hans Herrmann a admis des semaines après sa victoire qu’il avait pris la ferme décision, pendant ces épisodes de pluie, de rendre son casque. Quelle que soit l’issue.

Or au moment de quitter sa maison de Sindelfingen-Maichingen, quand sa femme lui avait demandé à la porte du jardin : « Quand est-ce que tu arrêtes la course ? », il avait répondu par ces quatre mots : « Quand j’aurai gagné. »
Une promesse est une promesse. Mais une heure après le départ, que les pilotes prennent pour la première fois en étant déjà assis dans leur voiture et non pas après avoir couru le célèbre « départ du Mans », Hans Herrmann n’est que neuvième. Jo Siffert, également au volant d’une Porsche 917, a pris la tête de la course, suivi de Jacky Ickx, au volant d’une Ferrari 512 S. Plus tard dans la course, Jo Siffert passe pourtant la mauvaise vitesse, provoquant l’emballement du moteur. Et Jacky Ickx fait plier son bolide rouge avant le virage Ford. Vers 18h15 tombe une dépêche qui laisse tout le monde incrédule : sous cette pluie diluvienne, quatre Ferrari 512 S sont entrées en collision et sorties de la course. L’armada Porsche paye elle aussi son tribut, puisque les trois 917 du team Gulf quittent la compétition l’une après l’autre.

L’heure a alors sonné pour Hans Herrmann, coureur chevronné que complète à la perfection son copilote Richard Attwood. Malgré les conditions météorologiques épouvantables, Hans Herrmann continue à aller de l’avant et conduit la 917 de Porsche Salzbourg avec réflexion et détermination, apportant à Porsche sa première victoire au classement général du Mans. Et peu avant la fin de la course, en ce 14 juin 1970, il réalise : « Nom d’un chien ! Ce sont peut-être tes derniers tours en tant que pilote de course ! » De retour à Stuttgart, la victoire est célébrée comme il se doit par un défilé de voitures dans les rues du centre-ville et un rassemblement sur la Marktplatz. Des milliers de personnes viennent acclamer Hans Herrmann, le jeune coureur automobile retraité.

[+]
Hans Hermann au volant de la Porsche 917 KH victorieuse au Mans en 1970
[+]
Klaus Ludwig et les frères Whittington remportent les 24H du Mans en 1979 avec la Porsche 935

Porsche signera 15 autres victoires finales au Mans, décrochant de nouveau la première place dès 1971. C’est à bord d’une Porsche 917 très spéciale (avec un châssis en magnésium léger) que Gijs van Lennep et Helmut Marko triomphent sur le circuit encore largement dépourvu de chicanes. Ils battent même un incroyable record, qui reste à ce jour inégalé : leur Porsche 917 parcourt exactement 5 335,313 km et 397 tours en 24 heures, ce qui correspond, malgré tous les arrêts au stand et la longue nuit, à une vitesse moyenne de 222,304 km/h.
Le record du tour le plus rapide des 24 Heures du Mans revient à la Gulf-917 de Jackie Oliver, avec une vitesse moyenne à peine croyable de 244 km/h ; le coupé 917 à queue longue d’Elford/Larrousse enregistre en 1971 aux Hunaudières une vitesse de pointe de 386 km/h.

En 1976 et 1977, les Porsche 936 arrivent en tête de course ; ce modèle, équipé d’un nouveau turbomoteur, remporte une nouvelle fois les 24 Heures du Mans en 1981 grâce à la dextérité de Jacky Ickx et Derek Bell. Le Belge Jackie Ickx, qui a remporté les 24 Heures à six reprises, dont quatre fois au volant d’une Porsche, fait encore partie de l’équipe gagnante en 1982 : un triplé qui marque une première étape importante pour la voiture de course la plus titrée de l’histoire : la Porsche 956. Jus-qu’en 1994, les différentes déclinaisons de la 956/962 signent sept victoires au Mans ; 148 de ces modèles sont fabriqués à Weissach.

A de nombreuses reprises, Porsche laisse aussi la victoire aux teams client, qui se sont d’ailleurs bien souvent illustrés au cours de ce qui constitue l’événement le plus important de l’année. Ainsi, Klaus Ludwig et les frères Whittington remportent les 24 Heures du Mans en 1979 au volant d’une Porsche 935 du team Kremer de Cologne, et Reinhold Joest mène la marque Porsche à une victoire finale bien méritée en 1984, 1985 et 1997.

Au vu de la concurrence la plus rude qui ait jamais été alignée au départ du Mans, le directeur de course de Porsche, Herbert Ampferer, parle en juillet 1998 de « course du siècle ». Porsche s’élance sur la ligne de départ avec deux de ses nouvelles 911 GT1, et signe un doublé pour le constructeur dans cette course d’endurance mythique, devant pas moins de 250 000 spectateurs conquis. Il s’agit de la 16ème et dernière victoire de Porsche – à ce jour – au classement général du circuit sarthois.

Porsche fêtera les 40 ans de sa première victoire au Mans du 9 au 11 juillet 2010 dans le cadre idéal que constitue la compétition « Le Mans Classic », un événement qui n’a lieu que tous les deux ans. Classées en six catégories (suivant leur année de construction, s’étalant de 1923 à 1979), près de 400 voitures de course mythiques s’y donneront rendez-vous pour faire revivre leurs heures de gloire.
Parmi elles se trouveront quelques-unes des voitures victorieuses prêtées par le musée Porsche, qui participeront également à un défilé d’anniversaire sur le parcours de la course. De nombreux pilotes connus comme Hans Herrmann participeront bien sûr à cet événement et se prêteront à des séances d’autographes.

Victoires finales de Porsche au Mans

1970
Hans Herrmann/Richard Attwood
Porsche 917 KH

1971
Helmut Marko/Gijs van Lennep
Porsche 917 KH

1976
Jacky Ickx/Gijs van Lennep
Porsche 936

1977
Jacky Ickx/Jürgen Barth/Hurley Haywood
Porsche 936

1979
Klaus Ludwig/Bill Whittington/Don Whittington
Porsche 935 K3 Kremer

1981
Jacky Ickx/Derek Bell
Porsche 936 81

1982
Jacky Ickx/Derek Bell
Porsche 956

1983
Al Holbert/Hurley Haywood/Vern Schuppan
Porsche 956

1984
Klaus Ludwig/Henri Pescarolo
Porsche 956 Joest

1985
Klaus Ludwig/Paolo Barilla/John Winter
Porsche 956 B Joest

1986
Derek Bell/Al Holbert/Hans-Joachim Stuck
Porsche 962 C

1987
Derek Bell/Al Holbert/Hans-Joachim Stuck
Porsche 962 C

1994
Yannick Dalmas/Mauro Baldi/Hurley Haywood
Dauer-Porsche 962 LM

1996
Manuel Reuter/Davy Jones/Alexander Wurz
TWR Joest-Porsche WSC95

1997
Michele Alboretto/Stefan Johannson/Tom Kristensen
TWR Joest-Porsche WSC95

1998
Allan McNish/Laurent Aiello/Stéphane Ortelli
Porsche 911 GT1 98

Nota : les journalistes accrédités peuvent accéder aux photos des
24 Heures du Mans à partir de l'adresse internet suivante : http://presse.porsche.de/.

6/11/2010