HOME

Navigation principale
Modèles
911
Panamera

Archive 2003

Porsche en croissance, en dépit d’une conjoncture commerciale dépriméeLes ventes mondiales du Cayenne atteignent des sommets

Stuttgart. La société Dr. Ing. h.c. F. Porsche AG, Stuttgart, maintient le cap sur la croissance en dépit du climat économique général dégradé. À quelques semaines de la clôture de son exercice 2002-03 qui interviendra le 31 juillet le constructeur allemand de voitures de sport et de véhicules tout-terrain a augmenté sa production, ses ventes, son chiffre d’affaires et son résultat. Malgré une situation délicate sur les marchés et l’insécurité causée sur certains d’entre eux par le conflit en Irak, le chiffre d’affaires du Groupe a progressé de 18,2 % au cours de la période allant du 1er août 2002 au 30 avril 2003 pour ressortir à 3,89 milliards d’euros (contre 3,29 milliards d’euros l’année dernière pour la même période). Excluant la contribution des sociétés de services financiers consolidées, le chiffre d’affaires a progressé de 9,8 % à 3,62 milliards d’euros. En dépit des coûts engagés pour le démarrage de la production du Cayenne et pour le lancement mondial de ce modèle, les bons résultats enregistrés au cours de l’exercice précédent ont à nouveau été dépassés, ce qui confirme les commentaires de Porsche au début de cet exercice. En publiant ces chiffres, Porsche reste fidèle à sa démarche en matière d’information, qui consiste à fournir des données relatives au déroulement de son activité, et ce à tout moment de l’exercice concerné. Le Cayenne dope les ventes Au cours des 9 premiers mois de l’exercice, les ventes du Groupe ont atteint + 12,8 % pour s’établir à 44.413 véhicules (contre 39.372 pour la même période l’année dernière). Ces chiffres témoignent avant tout du lancement réussi du Cayenne sur les marchés mondiaux, et ce depuis décembre 2002. D’ores et déjà, 8.663 unités de cette troisième gamme de modèles Porsche ont été vendues. Dans ce segment, les ventes de voitures de sport ont reculé de 9,2 % au cours de la période considérée pour s’établir à un total de 35.750 unités (contre 39.372 l’année dernière pour la même période). Alors que les ventes du Boxster ont chuté de 12,5 % à 14.425 véhicules (contre 16.484 l’année dernière), celles de la 911 ont atteint 21.325 unités, soit un repli de 6,8 % rapporté au total de l’année précédente pour la période considérée (22.888 unités). Les ventes de la 911 avaient connu un niveau record au cours de l’exercice précédent. En Amérique du Nord, qui constitue le plus gros marché, Porsche a été en mesure d’améliorer son positionnement. Les ventes ont en effet progressé de 18.1 % grâce au Cayenne, pour atteindre 19.556 véhicules (contre 16.553 l’année précédente pour la même période). Une forte augmentation a été enregistrée à nouveau sur les autres marchés à l’export : les ventes ont progressé de 18,3 % à 15.719 véhicules (contre 13.282 l’année précédente pour la même période). En Allemagne, le nombre total de véhicules vendus l’année précédente (9.537) n’a pas été atteint ; pour l’heure, 9.138 unités ont été commercialisées cette année (en recul de 4,2 %). Augmentation de la production 51.358 véhicules ont été fabriqués au cours des 9 premiers mois de l’année, soit un chiffre supérieur de 24 % par rapport aux 41.428 unités fabriquées au cours de la même période de l’exercice précédent. La différence entre ce chiffre et le total des ventes s’explique essentiellement par le fait que la production du Cayenne destinée notamment aux marchés à conduite à droite a débuté en avance par rapport aux dates de commercialisation. La production de voitures de sport a atteint un total de 38.385 véhicules (en baisse de 7,3 %). 22.931 Porsche 911 ont quitté les lignes d’assemblage (en baisse de 4,8 % par rapport à l’année précédente), et 15.454 Boxster ont été fabriqués (soit une baisse de 10,9 %), dont 15.062 en Finlande (en recul de 5 %). L’usine principale de Stuttgart-Zuffenhausen et celle de Valmet en Finlande ajustent actuellement leur production pour tenir compte de la baisse générale de la demande en matière de voitures de sport. À cet égard, Porsche bénéficie de la « convention d’assurance site » de Stuttgart qui a été conclue en juillet 2000, laquelle prévoit que les heures supplémentaires effectuées dans cette usine peuvent être compensées, de manière flexible, par des journées de récupération. D’autre part, la production a été augmentée dans la nouvelle usine de Leipzig où est fabriqué le Cayenne : au cours des 9 premiers mois, 12.973 unités ont d’ores et déjà quitté les lignes d’assemblage. Hausse des effectifs et des investissements La courbe de croissance du groupe Porsche se traduit par une augmentation des effectifs de 3,4 % à 10.437 salariés (contre 10.090 l’année précédente). Le constructeur allemand de voitures de sport continue ainsi de créer des emplois dans une conjoncture générale toujours aussi morose. Les capacités en personnel ont surtout été augmentées sur le lieu de production du Cayenne à Leipzig, mais également dans le secteur des services et de la production des moteurs à Stuttgart. Les investissements totaux se sont inscrits en hausse atteignant 755 millions d’euros (contre 220 millions d’euros l’année dernière pour la même période). S’agissant de l’exercice actuel, les sociétés de services financiers ont contribué à hauteur de 489 millions d’euros de ce montant total. Perspectives Bien que la guerre en Irak soit terminée, les ventes et les marchés clés se trouvent toujours dans un climat d’incertitude et aucun indicateur ne vient signaler à quel moment interviendra une reprise durable de la situation économique mondiale. Dans son premier rapport semestriel, Porsche a d’ores et déjà attiré l’attention sur les conséquences imprévisibles du conflit irakien. La chute de la confiance des ménages s’est notamment fait sentir sur le segment des voitures de sports. Toutefois, comme cela a été indiqué lors de l’assemblée générale des actionnaires qui s’est tenue en janvier dernier, le Groupe table sur une progression des ventes au cours de l’exercice 2002-2003, lesquelles devraient s’établir aux alentours de 65.000 véhicules (contre 54.234 l’année dernière). Le Cayenne, pour lequel la demande est particulièrement soutenue, fera plus que compenser la baisse des ventes de voitures de sport. Porsche table également sur une progression du chiffre d’affaires et du résultat par rapport à l’année dernière et s’attend à tirer profit de sa politique prévoyante en matière de couverture de change.

6/13/2003